Vers un développement de l’exercice coordonné

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Vers un développement de l’exercice coordonné

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • PDF
  • Imprimer la page

On assiste actuellement au développement de l’exercice coordonné sous toutes ses formes et l’on s’oriente vers une généralisation de ce modèle pour les soins de 1er recours. Les professionnels trouvent dans ce mode d’exercice le moyen d’améliorer la prise en charge des patients mais aussi des conditions de travail facilitées et attractives.

 

  • Médecin généraliste et urgentiste
  • Chirurgien-dentiste
  • Sage-femme
  • Infirmier
  • Masseur-kinésithérapeute
  • Autres paramédicaux
  • Médecin spécialiste
Auteur : Pascale Osvald-Soulé, Responsable du CIPS / MAJ : 27/09/2018

Comment s'exerce cette coordination ?

Cette coordination peut s’exercer dans le cadre de regroupements de professionnels au sein de maisons ou de pôles de santé pluriprofessionnels mais aussi en dehors de ces modèles qui ne correspondent pas toujours au niveau de maturité des équipes et à leurs aspirations.

Certaines équipes pourront pas à pas, selon leur rythme, s’orienter vers des MSP ou PSP ou au contraire suivre un cheminement différent selon les équipes, leurs objectifs et leur histoire.

L’exercice coordonné englobe donc les équipes qui produisent de l’exercice coordonné au sein de MSP ou pôle ou en dehors dans le cadre de prises en charge thématiques.

Parmi les modèles de coordination, on peut citer les PAERPA (Parcours Personnes âgées En Risque de Perte d’Autonomie).

  • Les étapes du développement d’un projet d’exercice coordonné
Exercice coordonné

Interview de Béatrice Allard-Coualan, médecin généraliste et présidente de l’association ESSORT (Equipes de SoinS et ORganisation Territoriale)

Béatrice, vous êtes médecin généraliste, vous travaillez en équipe et avez une expérience de plusieurs années dans l’accompagnement des professionnels de santé vers l’exercice coordonné. Quelles sont les préoccupations de ces professionnels que vous accompagnez via l’association ESSORT ?

Béatrice : L’objectif est de travailler ensemble, autrement en allant vers d’autres types de prise en charge et en développant d’autres aspects du métier en ambulatoire (la recherche par ex). Le souhait est aussi de renforcer l’attractivité des territoires pour assurer une pérennisation de l’offre de soins.

Quels sont les freins et les moyens à la disposition des professionnels ?

Béatrice : Les freins sont le plus souvent constitués par tout ce qui ne se voit pas : les représentations que les professionnels de santé et les administratifs ont les uns des autres, la crainte de la réunionite, la différence de culture entre sanitaire, médicosocial et social, entre les professionnels de terrain et les institutions face à la nécessité d’évoluer pour répondre aux besoins de la population et du système (si on veut le conserver).
Parmi ce qui se voit plus, nous pouvons parler du manque de moyens, de la différence de temporalité entre la réalité de terrain et la gestion administrative d’un projet d’exercice coordonné.
Heureusement le manque de moyens n’est pas total. En 1er lieu, il faut noter l’énergie et la capacité à se mobiliser des professionnels concernés. Ensuite, si je reprends l’analogie avec le visible et l’invisible, on peut considérer que pour ce qui ne se voit pas : accompagnement  type facilitation (développer les modalités d’accompagnement en région : politiques des ARS, accompagnement des fédérations et des URPS et pour ce qui se voit il existe aujourd’hui des outils : projets de santé, nouveaux modes de rémunération (NMR) via le règlement arbitral (RA), Société Interprofessionnelle de Soins Ambulatoires (SISA) spécifiquement pour les équipes de soins primaires constituées, Contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM) pour les Plateformes Territoriales Appui par exemple.

Nous assistons à une structuration progressive des soins primaires, les professionnels élaborant et faisant vivre leur projet de santé. Quelle est la prochaine étape ?

Béatrice : Sans aucun doute l’organisation des territoires, c’est un enjeu important pour les professionnels de santé de proximité de façon à se rendre visibles des autres acteurs, notamment l’hôpital à l’heure de la création des GHT pour une meilleure collaboration en faveur des usagers. Ex : organisation d’un retour à domicile art 70/ PAERPA.

En guise de conclusion, peut-on penser que l’exercice coordonné constitue une solution pour faire face aux enjeux en termes de santé de notre société ?

Béatrice : Oui, résolument oui. Bien entendu ce n’est pas la seule et elle demande à être reconnue, développée, et soutenue. 


0 Commentaire

Publier un commentaire