Maladie inflammatoire chronique de l'intestin et assurances de personnes

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Maladie inflammatoire chronique de l'intestin et assurances de personnes

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • Maladie inflammatoire chronique de l'intestin et assurances de personnes

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) regroupent la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique et les colites non classées dont l’origine exacte est inconnue mais évoluant le plus souvent par poussées. Elles ont vu leur prise en charge considérablement évoluer depuis les deux dernières  décennies avec l’avancée des traitements médicaux et chirurgicaux : traitements par immuno suppresseurs, biothérapies commencées de plus en plus tôt dans la maladie ; chirurgie moins fréquente, moins radicale,  moins mutilante et plus confortable notamment dans la maladie de Crohn.

Auteur : Dr Pascale D'ABRAVANEL, Médecin conseil / MAJ : 10/05/2019

Ces maladies affectent souvent une population jeune dont les principales espérances sont une rémission sinon la guérison de leur maladie avec un retour à la vie normale tant sur le plan professionnel que sur le plan privé.

Cependant, ces pathologies restent des maladies chroniques avec un potentiel évolutif, des hospitalisations probables et une évolution invalidante possible.

Dès lors, malgré les progrès mentionnés ci-dessus, ces pathologies s’accompagnent d’un risque particulier lors de la souscription d’une assurance individuelle, que ce soit dans le cadre d’un prêt ou d’un contrat de prévoyance par exemple.

L’appréciation du « sur risque assurantiel » lié à ces pathologies nécessite le recueil de données médicales complémentaires sollicitées auprès de l’assuré, le but étant d’apprécier le plus exactement possible l’état de santé et l’évolutivité de la pathologie.

MACSF, 1er assureur des professionnels de santé, porte une attention toute particulière à ce sujet, souhaitant fournir une solution assurantielle adaptée à tous ses sociétaires porteurs de MICI, notamment ceux exerçant une activité libérale pour lesquels l’importance d’une prévoyance de qualité n’est plus à démontrer.

Ainsi, lors d’une demande d’adhésion mentionnant des antécédents de MICI, un questionnaire médical complémentaire sera adressé au sociétaire afin d’avoir une vision précise de la situation. A partir des données transmises, le profil évolutif de la maladie sera évalué par un médecin conseil gastro entérologue appréciant ainsi la sévérité de la pathologie, les traitements institués, leur tolérance, leurs efficacité mais aussi l’existence éventuelle de résistances à ces traitements ainsi que des facteurs de gravité associés tels qu’ils ressortent des études de cohorte réalisées.

Au terme de cette analyse, le médecin conseil MACSF dispose d’une vision claire du risque assurantiel à garantir, permettant au service souscription, dans le respect des règles régissant le secret médical, de proposer des garanties et une tarification parfaitement adaptées à la situation du sociétaire. 

Dans l’hypothèse où la situation médicale ne permettrait pas une offre assurantielle dans le cadre d’une demande de prêt, ce dossier sera transmis aux échelons supérieurs prévus par la convention AERAS  « s’assurer et emprunter avec  un risque aggravé de santé » qui couvre la garantie décès, invalidité et / ou la perte totale et irréversible d’autonomie dans un champ d’action défini : prêts immobiliers, prêts professionnels, crédits à la consommation pour des montants de 320.000€ maximum et un âge de 70 ans maximum en fin de prêts.

La prise en charge thérapeutique des MICI évolue rapidement et de nouvelles perspectives thérapeutiques sont en voie de développement tels que la compréhension de l’action du microbiote et de ses interactions avec les cellules et l’immunité de l’hôte, l’exploration de la voie cholinergique anti-inflammatoire, le développement de nouvelles biothérapies ou l’essor de nouvelles molécules. Il importe que ces différents éléments soient régulièrement intégrés à l’appréciation du risque assurantiel lié à ces pathologies afin de proposer à chaque sociétaire une solution parfaitement adaptée à sa situation.

Découvrir l'offre prévoyance des professionnels libéraux MACSF

0 Commentaire

Publier un commentaire