Décisions de justice : bilan général

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Décisions de justice : bilan général

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • Nicolas Gombault, Directeur Général délégué - MACSF Assurances

On constate une augmentation du nombre de décisions de justice et avis CCI (1 058 en 2018 vs 926 en 2017 soit + 14%). Cette tendance se traduit par une augmentation du nombre de mis en cause de 8% (2 219 en 2018 vs 2 053 en 2017).

Auteur : Stéphanie TAMBURINI, chargée de communication institutionnelle expert MACSF – Le Sou Médical / MAJ : 04/10/2019

L'évolution des décisions de justice en 2018

En 2018, le taux de condamnations des professionnels de santé et les montants d’indemnisation ont été particulièrement élevés. Le point avec Nicolas Gombault, Directeur Général Délégué MACSF Assurances.

Les chiffres clés en 2018- 1 058 décisions et avis*

  • 612 avis CCI (+ 22% par rapport à 2017).
  • 434 décisions de justice civiles (+ 6% par rapport à 2017).
  • 12 décisions de justice pénales (identique à 2017)

* Attention : Ne sont pris en compte que les avis et les décisions civiles et pénales rendus au fond. Sont donc exclus les avis d’incompétence et les décisions se bornant à ordonner une expertise, constatant un désistement, les décisions de sursis à statuer, etc.

Depuis 2012, les avis rendus par les CCI représentent la majorité des décisions. En 2018, ils représentent même jusqu’à 58,5 % [ (612/(612+434) ] des décisions de l’année (hors pénal), un taux jamais atteint jusqu’à présent et qui témoigne de l’engouement des patients pour ce mode de règlement des litiges.

En savoir plus sur les chiffres clés des décisions et avis CCI en 2018 (infographie)

Répartition des professionnels de santé mis en cause*

Les médecins constituent, très largement (à 65%), la catégorie de professionnels de santé la plus mise en cause en 2018. Le taux de médecins et d’établissements mis en cause reste stable par rapport à 2017. En revanche, le taux de mise en cause des non-médecins est en très légère diminution ( - 2 points).

Répartition des professionnels de santé mis en cause

* Toutes procédures confondues : civile, CCI et pénale

Non médecins : infirmiers, kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, sages-femmes, vétérinaires, etc.

Etablissements : cliniques, hôpitaux, centres de rééducation, centres de transfusion, EHPAD, laboratoires, etc.

Autres : assureurs, CPAM, ONIAM, fabricants, etc.

Répartition des mises en cause civiles et pénales

La répartition des mises en cause civiles et pénales entre les différentes catégories de professionnels de santé et les autres parties (assureurs, ONIAM, etc) est remarquablement stable depuis 2014, en particulier pour les médecins. 

Répartition des mises en cause civiles et pénales

* Autres : Organismes CPAM, assureurs

Issue des décisions de justice et avis CCI*

Le taux de professionnels de santé condamnés devant les juridictions civiles et devant les CCI reste relativement stable en 2018.

Devant les juridictions civiles, la tendance s’inverse cependant par rapport à 2017 : les condamnations deviennent majoritaires, à 51%. En revanche, devant les CCI, la tendance reste identique à celle de 2017 : les professionnels de santé considérés comme non-fautifs restent largement majoritaires. 

Au pénal, on constate cette année une hausse du taux de condamnés, qui passe de 57% à 67%. Cette hausse est néanmoins à relativiser, car le volume de décisions pénales est faible (12 dossiers en 2018) ainsi que, par voie de conséquence, le nombre de professionnels mis en cause. Il peut suffire d’une seule affaire pour modifier significativement les tendances. On constate également une très nette augmentation en 2018 des indemnisations versées au pénal, du fait d’une seule affaire.   

issue des décisions de justice 2019
*Toutes spécialités et activités confondues.

**Le coût comprend les indemnités totales versées et les provisions restant à payer.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

0 Commentaire

Publier un commentaire