Actualité santé - 14 juin 2017

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Actualité santé - 14 juin 2017

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
0 Commentaire

Retrouvez notre veille d'actualité du monde de la santé : recommandations de la HAS pour un meilleur diagnostic du burn-out, vaccination BCG pour les professionnels de santé, revalorisation des indemnités de stage pour les étudiants en soins infirmiers, nouveaux indicateurs pour quantifier les hospitalisations évitables...

  • Pharmacien
  • Médecin généraliste et urgentiste
  • Chirurgien-dentiste
  • Sage-femme
  • Etablissement de santé
  • Interne
  • Infirmier
  • Masseur-kinésithérapeute
  • Autres paramédicaux
  • Médecin spécialiste
Auteur : Sophie LORIEAU, Juriste / MAJ : 14/06/2017

Diagnostic du syndrome d’épuisement professionnel (burnout)

La Haute Autorité de Santé publie des recommandations, sous forme de fiche mémo, pour permettre aux médecins traitants et aux médecins du travail d'élaborer de meilleurs diagnostics du syndrome d'épuisement professionnel ou burnout et de personnaliser sa prise en charge. Il s’agit de repérer les symptômes et de dresser le bon diagnostic afin d’accompagner les patients lors de leur retour au travail.

La HAS met également en ligne un rapport d’élaboration sur le repérage et la prise en charge cliniques de ce syndrome, qui se traduit précisément par un épuisement physique, émotionnel et mental profond, causé par un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes. Le diagnostic de celui-ci reste difficile à établir et il peut souvent passer inaperçu, être diagnostiqué à tort ou encore traité de façon inadéquate. Pour cela, en plus des principaux symptômes répertoriés, le médecin traitant et le médecin du travail devront s’attacher à analyser les conditions de travail du patient, sa personnalité et son vécu.

Etudiants en soins infirmiers - indemnités de stage

Un arrêté revalorisant les indemnités de stage versées aux étudiants en soins infirmiers a été publié au Journal officiel du 21 mai 2017. Le montant de l'indemnité versée aux étudiants pendant la durée de stages réalisés au cours de leur formation passe à :

  • 28 € hebdomadaire en première année (contre 23 €)
  • 38 € hebdomadaire en deuxième année (contre 30 €)
  • 50 € hebdomadaire en troisième année (contre 40 €)

Le texte précise également les modalités de prise en charge des frais de transport des étudiants pour se rendre sur les lieux de stages. Pour cela, le stage devra être sur le territoire français et hors de la commune où est situé l’institut de formation en soins infirmiers (Ifsi), mais dans la région de son implantation ou dans une région limitrophe. Le trajet est celui entre le lieu de stage et l’institut de formation, ou le domicile, lorsque celui-ci est plus proche du lieu de stage. Il peut être effectué en transport en commun ou au moyen d’un des véhicules suivants : véhicules automobiles, motocyclettes, vélomoteurs, voiturettes ou cyclomoteurs. En cas d’utilisation d’un véhicule personnel, les taux des indemnités kilométriques applicables sont fixés par arrêté. Si l'étudiant détient un titre d'abonnement de transport, le remboursement sera assuré sur la base du montant de cet abonnement et au prorata de la durée du stage.

Ces dispositions s'appliquent à l'ensemble des étudiants à partir de septembre 2017.

Vaccination BCG pour les professionnels de santé

Prenant en compte les données d’incidence de la tuberculose, l’efficacité du vaccin BCG, les données d’exposition des professionnels, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande dans un avis de lever l’obligation vaccinale par le BCG pour les étudiants des carrières sanitaires et sociales et les professionnels visés par les articles R. 3112-1 C et R. 3112-2 du Code de la santé publique (CSP).

Selon cet avis, le vaccin disponible est "modérément efficace" dans la prévention de l’infection tuberculeuse des soignants, alors que cette population est désormais "peu exposée".

De plus, le Haut Conseil recommande le renforcement de la prévention primaire et secondaire par le respect des mesures barrières quel que soit le statut vaccinal, l’amélioration du dépistage et du suivi médical en cas de contact avec un cas contagieux et la réduction des retards à l’isolement.

Il souhaite que le médecin du travail puisse proposer, au cas par cas, une vaccination par le BCG en fonction de l'évaluation du risque, pour les professionnels du secteur sanitaire et social non vaccinés antérieurement et ayant un test immunologique négatif, au contact de patients tuberculeux ou travaillant en laboratoire sur des mycobactéries.

Hospitalisations évitables - nouveaux indicateurs

La Direction générale de l’offre de soins (DGOS) et l’ATIH (Agence technique de l’information sur l’hospitalisation) lancent trois nouveaux indicateurs à disposition des professionnels, afin de quantifier les ré-hospitalisations et les hospitalisations potentiellement évitables.

Le premier est un indicateur de résultat intra-hospitalier : le taux de ré-hospitalisation dans un délai de 1 à 7 jours, dit RH7. Indicateur de vigilance et d’alerte, il concerne en premier lieu les établissements de santé en MCO. Les deux autres indicateurs sont dits de coordination territoriale : le taux de ré-hospitalisation dans un délai de 1 à 30 jours (RH30) et le taux d’hospitalisation potentiellement évitable (HPE).


0 Commentaire

Publier un commentaire