Actualité santé - 24 janvier 2018

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Actualité santé - 24 janvier 2018

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
0 Commentaire

Retrouvez notre veille d'actualité du monde de la santé : obligation vaccinale, parution d'un Atlas de la santé mentale en ligne, risques professionnels et laboratoires d'analyses biologiques, fonctionnement des centres de santé, outil d'optimisation des prescriptions d'antibiotiques...

  • Pharmacien
  • Médecin généraliste et urgentiste
  • Chirurgien-dentiste
  • Sage-femme
  • Etablissement de santé
  • Interne
  • Infirmier
  • Masseur-kinésithérapeute
  • Autres paramédicaux
  • Médecin spécialiste
Auteur : Sophie LORIEAU, Juriste / MAJ : 24/01/2018

Obligation vaccinale - supports d’information

A l’occasion de la conférence de presse sur le lancement de l’extension de l’obligation vaccinale pédiatrique à onze vaccins pour 2018, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a présenté les supports d’information élaborés à destination des parents, téléchargeables sur le site du ministère. Il s’agit de vidéos, d’infographies et de brochures.

Pour sa part, le site Vaccination Info Service, site de référence sur la vaccination, comportera d’ici le printemps 2018 une partie accessible aux professionnels de santé.

Parution d’un Atlas de la santé mentale en ligne

L'Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) et la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) lancent un atlas de la santé mentale interactif. Cet outil est une base de données territorialisées en santé mentale disponible gratuitement et librement en ligne. Il propose plus de 350 indicateurs qui « peuvent être mobilisés dans l’élaboration et le suivi des diagnostics de santé partagés des projets territoriaux en santé mentale ». Il est destiné à l’ensemble des acteurs intervenant en santé mentale : usagers, professionnels, décideurs et chercheurs. L’utilisateur peut afficher et éditer plus de 350 cartes sur la psychiatrie et la santé mentale en France métropolitaine et dans les DOM-TOM, selon les indicateurs proposés : région, département, commune. Il est possible en un clic par exemple de connaître le temps moyen d’accès (en véhicule) à l’unité d’hospitalisation temps plein de psychiatrie générale la plus proche et d’éditer des rapports de territoire.

Enfin, l'atlas est organisé sous forme de rubriques thématiques : contexte territorial, offre de santé en psychiatrie générale, population adulte suivie pour des troubles mentaux modérés et fréquents, population adulte suivie pour des troubles mentaux sévères et durables, enfants et les adolescents, personnes âgées et populations vulnérables (à venir).

Laboratoires d’analyses biologiques - risques professionnels

L’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) publie un dossier spécial sur les laboratoires d’analyses biologiques. En effet, le personnel de ces structures est de plus en plus confronté à des expositions professionnelles à risque sous l’effet notamment de la mutualisation de matériel et d’outils après un regroupement massif d’établissements. Il peut s’agir de la manipulation d’agents biologiques potentiellement pathogènes, de produits chimiques utilisés pour les analyses et pour désinfecter les locaux et les équipements.

Pour augmenter la sécurité de ces laboratoires, il convient d’intégrer, dès la conception des locaux comme à l’occasion de tout changement organisationnel, une démarche de prévention et d’évaluation des risques professionnels.

Centres de santé - fonctionnement

Prise en application de l’article 204 de la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé, l’ordonnance du 12 janvier 2018 simplifie et clarifie les conditions de création, de gestion, d’organisation et de fonctionnement des centres de santé afin de renforcer l’accès aux soins de premier recours, tout en garantissant la protection des patients.

Selon l’article 1 du texte, les centres de santé sont définis comme « des structures sanitaires de proximité, dispensant des soins de premier recours et, le cas échéant, de second recours et pratiquant à la fois des activités de prévention, de diagnostic et de soins, au sein du centre, sans hébergement, ou au domicile du patient. Ils assurent, le cas échéant, une prise en charge pluriprofessionnelle, associant des professionnels médicaux et des auxiliaires médicaux ».

Ces centres sont ouverts à toute personne sollicitant une prise en charge médicale ou paramédicale relevant de la compétence des professionnels y exerçant. Il est également prévu qu’un centre de santé puisse pratiquer « à titre exclusif » des activités de diagnostic. Les professionnels qui y exercent sont salariés mais les centres peuvent bénéficier de la participation de bénévoles à leurs activités.

L’ordonnance affirme :

  • l’obligation de la pratique du mécanisme du tiers payant et des tarifs opposables ;
  • l’obligation d’information du patient sur les conditions de la prise en charge financière du professionnel de santé ou de la structure de soins vers lequel il est orienté ;
  • le principe du caractère non lucratif des centres ;
  • l’obligation d’engagement de conformité préalable à l’ouverture du centre, assortie d’une possibilité de fermeture.

Elle dresse, en outre, la liste des activités qu'ils peuvent exercer, précisant que certaines activités antérieurement obligatoires deviennent facultatives.

Médecins franciliens - outil d’optimisation des prescriptions d’antibiotiques

Pour faire face à la surconsommation d’antibiotiques, l’Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France et le comité de pilotage d’Antibioclic+ ont mis en ligne un nouvel outil d’assistance à la décision.

Il fournit gratuitement aux médecins de ville une aide à la prescription (ordonnances préremplies, calcul de doses pour la population pédiatrique, intégration des données microbiologiques pour les infections urinaires), une aide à la non-prescription (avec des fiches d'information à destination des patients), un annuaire téléphonique direct des infectiologues exerçant à proximité, ainsi qu'un système d'e-learning et de lettres d'information pour la formation des médecins.

Le dispositif sera expérimenté dans la région Ile-de-France pendant un an.

0 Commentaire

Publier un commentaire