L’anesthésie pédiatrique en 2018

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

L’anesthésie pédiatrique en 2018

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages2
  • PDF
  • Imprimer la page
  • opération enfant, anesthésie pédiatrique

Quelles sont spécificités liées à la pratique de l'anesthésie pédiatrique ? Le point avec Dr Eric Lopard, anesthésiste-réanimateur.

  • Infirmier
  • Médecin spécialiste
Auteur : Dr Eric LOPARD, médecin anesthésiste conseil / MAJ : 12/04/2018

Introduction

L’anesthésie pédiatrique représente environ 12% des anesthésies réalisées en France, soit un million d’anesthésies par an (1).

La réalisation de l’anesthésie chez l’enfant est guidée par un certain nombre de textes émanant des Sociétés savantes et par le Schéma Régional d'Organisation Sanitaire de 3ème génération (SROS 3) de 2004 (2,3) qui, parmi d’autres obligations générées par un classement « restrictif » des établissements, stipulait que « la pathologie chirurgicale pédiatrique nécessitait une compétence et une expérience chirurgicale et anesthésique reconnues, notamment pour la prise en charge de pathologies spécifiques ou pour les enfants d’âge inférieur à 3 ans ».

Des restrictions supplémentaires étaient imposées pour les enfants de moins d’un an. La traduction en est que les enfants ne peuvent plus être considérés comme des « petits adultes »...

Anesthésie pédiatrique : état des lieux

En 2007, parmi les établissements qui avaient une activité de chirurgie pédiatrique, la moitié des établissements publics et les 2/3 des établissements privés prenaient en charge des enfants de moins d’un an. Cette prise en charge était très « dispersée » puisque les 2/3 de ces établissements avaient une activité de moins de 10 séjours par an, essentiellement réalisée en ambulatoire pour des interventions ORL et urologiques (données PMSI).

Ces anesthésies étaient donc réparties dans de nombreuses structures de soins et réalisées par des médecins anesthésistes-réanimateurs (MAR) pour qui, l’anesthésie pédiatrique n’étant pas prédominante, elle était parfois source de stress ou, au minimum, « d’inconfort professionnel ».

Pour tenter d’éclairer ces données, une enquête de pratiques a été réalisée dans différentes structures de soins en France métropolitaine en 2010 dont les résultats ont été publiés en 2012 (4). Les 3/4 des MAR répondants ont décrit une pratique pédiatrique très minoritaire (moins de 15% de leurs actes). Ces chiffres étaient en accord avec une autre enquête publiée en 2002, qui montrait que la polyvalence adulte-enfant était très fréquente dans les structures libérales ou les CHG, alors que la « spécialisation » pédiatrique était quasi la règle dans les CHU.
Au plan des pratiques professionnelles, les résultats retrouvés permettaient de décrire les grandes lignes de prise en charge concernant l’anesthésie générale des enfants. Ces pratiques étaient assez homogènes avec quelques particularités selon les modes d’exercice, les différences apparaissant essentiellement entre les MAR exerçant en structure libérale et ceux exerçant en CHU (l’anesthésie pour adénoïdectomie et amygdalectomie illustrait clairement ces différences).

Plusieurs publications épidémiologiques, françaises et étrangères, ont permis d’identifier les risques et les facteurs de risque propres à la pratique de l’anesthésie pédiatrique (5,6).
Ces facteurs sont liés à l’organisation générale ou locale des soins (dispersion de l’activité dans des centres non référents, plannings opératoires non dédiés, équipes non entraînées, etc.) au terrain (âge inférieur à 1 an, urgences, comorbités associées) et à l’expérience du MAR, le taux global de complications étant multiplié par un facteur 5 en cas de pratique uniquement occasionnelle (< 100 anesthésies / an). Il restait à en tirer des conclusions organisationnelles pratiques ce qui est déjà réalisé dans la plupart des pays développés (3, 7,8,9).

Les spécificités de la prise en charge chirurgicale des enfants, qui sont extrêmement nombreuses, ne concernent pas que la seule problématique anesthésique, loin s’en faut. En France, le SROS 3 indique d’ailleurs que « les enfants et adolescents ont vocation à être pris en charge, chaque fois que cela est possible, par un(des) médecin(s) spécialiste(s) de l’enfant et du personnel paramédical ayant expérience et savoir-faire, dans l’accueil et la prise en charge des enfants ».

L’organisation « périopératoire »

Il s’agit donc de mettre au service des enfants et de leurs parents tout un circuit de prise en charge pédiatrique incluant divers participants allant des professionnels de santé aux agents administratifs. Un des challenges est donc de faire se rencontrer, pour le plus grand bénéfice des « jeunes patients », des personnels qui n’en avaient pas forcément l’habitude.

En ce qui concerne l’anesthésie, et de façon pragmatique, il est apparu que l’anesthésie d’un enfant, au même titre que toute autre anesthésie spécialisée, devait imposer au praticien d’avoir une formation initiale adéquate et un certain volume d’activité lui permettant de maintenir et garantir cette compétence (recommandations ADARPEF, SFAR, CFAR)10.

Ces obligations, rappelées par le SROS 3, doivent permettre de garantir une qualité et une sécurité des soins optimales d’autant que, dans de nombreux cas, il s’agit de chirurgies « fonctionnelles » ou non impératives.

Les spécificités anesthésiques chez l'enfant

La consultation préanesthésique

Les spécificités anesthésiques commencent dès la consultation préanesthésique (CPA) et se terminent après la sortie de l’enfant de la structure de soins, suivant en cela les recommandations sur l’ambulatoire, et la participation des parents, seuls interlocuteurs « fiables » et juridiquement responsables, est indispensable tout au long de la chaîne de prise en charge. 

La CPA doit bien sûr être « techniquement » adaptée : prise en compte d’un retentissement psychologique et émotionnel selon les classes d’âge, lecture attentive du carnet de santé (comorbidités) examen soigneux des voies aériennes, anticipation de l’analgésie post-opératoire etc...

L’information à l’enfant et à ses parents

Elle constitue la partie la plus importante de la consultation. Dans le cadre d’une consultation de chirurgie réglée, le livret Sparadrap® et la feuille d’information (consentement éclairé) éditée par la SFAR sont les supports recommandés et doivent être largement utilisés.
Le consentement est légalement concrétisé par la signature de « l'autorisation d'opérer » par les deux parents (art. 267-387 du Code civil) ou à défaut par le tuteur légal désigné par le juge des enfants (en situation d’urgence et en cas d'impossibilité totale de joindre les parents, une anesthésie peut être effectuée après en avoir avisé l'administration et le juge des enfants).
Au strict plan médical, l’enfant reste néanmoins le premier interlocuteur auquel il faut parler et ce, dès qu’il est en âge de comprendre des éléments du discours qu’il faut s’attacher, avec un vocabulaire choisi, à adapter à l’âge.
L’expérience montre que les enfants sont probablement prêts à accepter plus de choses que les adultes à la seule condition qu’on leur explique le déroulement des événements, ce qu’ils auront à « endurer » (perfusions, sonde gastrique, sonde vésicale, etc.) et qu’on ne leur mente pas. Il faut savoir expliquer brièvement la prémédication, le transfert au bloc, l’induction de l’anesthésie (masque le plus souvent ou ponction veineuse) l’entretien (les réveils peropératoires sont la grande angoisse des enfants...) le réveil, le passage en salle de réveil, le soulagement de la douleur, la visite des parents en SSPI, le retour dans la chambre ou dans une autre unité, le début de l’autorisation aux boissons et à l’alimentation et les conditions de sortie. Il faut également consacrer du temps pour apporter les réponses aux questions de l’enfant et des parents.

La visite préanesthésique

La visite préanesthésique est un autre moment très important à la fois pour vérifier les conditions de jeûne et pour s’assurer de l’absence de toute contre-indication qui pourrait être source de complications. Il n’est en effet pas rare que l’examen clinique d’un enfant soit normal lors de la CPA et que ce même enfant revienne avec une infection (ORL, bronchique...) le jour de l’opération. Il convient donc de poser aux parents les « bonnes » questions... En cas de doute, le minimum est sans doute d’ausculter l’enfant et de lui prendre sa température.
Nous ne reviendrons pas sur les particularités de l’induction et de l’entretien de l’anesthésie en pédiatrie qui sont universellement connues et correctement appliquées (selon les résultats de l’enquête de pratiques de 2010) et qui dépendent le plus souvent de la chirurgie réalisée, de l’âge de l’enfant et de sa « préparation psychologique » d’amont.
Une attention toute particulière doit être portée au bloc opératoire et en SSPI, où des infirmières puéricultrices y ont une compétence toute particulière, à la survenue d’éventuelles complications hémodynamiques (bradycardies réactionnelles d’interprétation complexe) respiratoires (d’origine parfois multifactorielle) et à l’analgésie postopératoire qui, pour être parfaite, doit être multimodale et/ou s’appuyer sur des analgésies locales (infiltrations chirurgicales, bloc pénien...) ou locorégionales (caudale, blocs de paroi etc...)

En conclusion

La réalisation de l’anesthésie chez l’enfant est guidée par un certain nombre de textes émanant des Sociétés savantes et par le Schéma Régional d'Organisation Sanitaire de 3ème génération de mars 2004 qui stipule que la pathologie chirurgicale pédiatrique nécessite une « compétence et une expérience chirurgicale et anesthésique reconnues ».

Cette affirmation a conduit à une organisation réglementée des prises en charge selon l’âge des enfants et des complexités médicales, les enfants de moins d’un an devant bénéficier d’une prise en charge en centre référent spécialisé.

Les sociétés savantes s’accordent avec les tutelles sur le fait que les médecins anesthésistes qui pratiquent en pédiatrie ont l’obligation d’avoir une formation initiale adéquate et un certain volume d’activité lui permettant de maintenir et garantir cette compétence. Ces obligations, réaffirmées dans le SROS 3, doivent permettre de garantir une qualité et une sécurité des soins optimales.

Enfin, et d’une façon générale, les structures qui pratiquent ou souhaitent pratiquer la chirurgie pédiatrique doivent mettre en place un circuit de prise en charge spécifique aux nécessités et particularités médicochirurgicales des enfants.

Références bibliographiques

1 Constant I. MAPAR 2013 : 545-555

2 Circulaire n°101 /DHOS /0 /2004 du 5 mars 2004

3 Circulaire n° 517 /DHOS /01/ DGS / DGAS du 28 octobre 2004

4 Constant I., Louvet N., Guye ML. et al. Ann Fr Anesth Reanim 2012; 31: 709-23

5 Murat I. Conférences d’actualisation SFAR 2005

6 Auroy Y. et al Anesth Analg 1997

7 British Paediatric Association. www. apagbi.org.uk.

8 Guidelines for provision of Anesthesia services 2017; chap. 10

9 American Academy of Pediatrics. Pediatrics 1999; 103, vol. 2

10 SFAR, ADARPEF, CFAR 2005. Maintien des compétences en anesthésie pédiatrique. www. adarpef.org


2 Commentaires
  • Yves B 12/06/2018

    les circuits de prise en charge spécifique à la pédiatrie ne doivent pas ,cependant, retarder le geste thérapeutique comme on peut le voir dans des cas de torsion testiculaire où des équipes médico-chirurgicales n'ont plus les autorisations nécessaires. Normes et recommandations d'experts quand tu nous tiens !!!

  • Franck V 06/06/2018

    Mille fois d’accord! Le plus effrayant dans la prise en charge par une équipe non spécialisée en pédiatrie est l’erreur de posologie d’un injectable!!!!!

Publier un commentaire