Violence envers les pharmaciens

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Violence envers les pharmaciens : le panorama 2018 sur « la sécurité des pharmaciens d’officine » est paru

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • vol pharmacie

L’Ordre national des pharmaciens a publié le 19 juillet 2019 son panorama annuel 2018 sur « La sécurité des pharmaciens d’officine ». Ces derniers ne sont pas épargnés par le climat de violence qui touche les professionnels de santé de premier recours : les actes d’incivilité et de violence en officine ont encore augmenté par rapport à l’année 2017.  

  • Pharmacien
Auteur : Géraldine Barbier, Responsable éditorial MACSF / MAJ : 28/08/2019

Violence envers les pharmaciens : quels sont les motifs d’agression ?

Les incidents déclarés sont de plus en plus nombreux : l’Ordre national des pharmaciens a reçu 336 déclarations en 2018 contre 212 en 2017, soit une augmentation de 58 %1.

Sur les 336 déclarations, 309 concernent des agressions sur les personnes et 27 des attaques ou vols dans les pharmacies.

Les injures et menaces représentent plus de la moitié des délits recensés. Dans 51% des agressions déclarées, l’agresseur est connu du personnel de l’officine.

Les principaux motifs d’agression envers les pharmaciens sont, par ordre de priorité :

  • Refus de délivrance de médicament pour ordonnance non conforme (35% des déclarations en 2018)
  • Vol (25% des agressions). A noter : les vols avec arme sont en diminution
  • Agressions liées aux stupéfiants : les déclarations sont en baisse par rapport à l’année précédente (14,7% des déclarations contre 18 % en 2017)
  • Difficulté de prise en charge (altercations liées à un tiers payant) : elles ont doublé entre 2017 et 2018, passant de 5 à 10,7 %.

Répartition géographique des agressions déclarées

Les officines des villes de 2 000 à 30 000 habitants concentrent 50% des agressions déclarées.

La part des déclarations dans les villes de plus de 200 000 habitants est en hausse (de 10,5% en 2017 à 17,6% en 2018).

8,5% des agressions déclarées ont eu lieu en milieu rural (agglomération de moins de 2 000 habitants).

Les déclarations viennent principalement de pharmacies situées en Nouvelle-Aquitaine (14,0%), Grand Est (11,9%) et Ile-de-France (11,6%).

Des outils pour déclarer en ligne et accompagner les pharmaciens

Depuis 2017, l’Ordre des pharmaciens recueille les signalements de faits de violence effectués sur son site internet. Il est donc plus facile, pour les pharmaciens, de signaler les faits dont ils ont été victimes.

Pour toute déclaration d'agression, une seule démarche : rendez-vous sur l’espace pharmacien du site de l’Ordre.

L’Ordre rappelle aux pharmaciens l’importance de déclarer les agressions afin de ne pas laisser ces actes se banaliser.

Une « fiche réflexe en cas d’agression » est également disponibles sur le site internet de l’Ordre, afin d’aider le pharmacien victime de violence et de l’accompagner dans ses démarches.

En savoir plus : télécharger le rapport complet de l’Ordre des pharmaciens (PDF)

1Ces données ne sont pas exhaustives et ne font état que des agressions déclarées à l’Ordre. 


0 Commentaire

Publier un commentaire