Décès d'un patient en établissement de soins

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Décès d'un patient en établissement de soins : les gestes et précautions post-mortem

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • Décès d’un patient en établissement de soins : Les gestes et précautions post-mortem

Inventaire des biens, toilette mortuaire, transfert en chambre mortuaire... Quels sont les gestes à réaliser et les précautions à prendre par le personnel soignant lors de la constatation d'un décès ?

  • Etablissement de santé
  • Médecin généraliste et urgentiste
Auteur : Stéphanie TAMBURINI, Juriste / MAJ : 13/05/2019

L’infirmier peut-il retirer les dispositifs médicaux d’un patient décédé, tant que le certificat de décès n’a pas été établi ?

L'infirmier ou l'infirmière est habilité à pratiquer les actes définis aux articles R.4311-7 et R.4311-9 du Code de la santé publique, « soit en application d'une prescription médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, soit en application d'un protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par un médecin ».

Les actes d'ablation de matériel et de dispositifs médicaux font partie de ceux qui doivent être réalisés sur prescription écrite du médecin, le texte n'opérant aucune distinction selon que le patient est vivant ou non.

Même si le patient est décédé, il n'y a aucune urgence à s'empresser d'enlever les dispositifs médicaux dont il est porteur. A l'inverse, l'ablation intempestive des dispositifs médicaux nécessaires « à la protection, au maintien et à la restauration de la santé du patient » peut être lourde de conséquences.

S’il n'est pas approprié, dans ce contexte, d'attendre une « prescription médicale » en revanche, il convient d'attendre son équivalent : le constat de décès officiel et écrit du médecin, pour procéder au débranchement des appareils.

En cas de difficulté pour obtenir ce certificat dans des délais raisonnables, la rédaction de protocoles, en concertation avec la Direction de l'établissement, le personnel médical et paramédical, prévoyant une procédure répondant d'une part aux exigences réglementaires et d'autre part aux nécessités du service, peut permettre de clarifier la situation.

Quelles précautions prendre quand le patient était porteur d’un stimulateur cardiaque ?

L’article R. 2213-15 du Code général des collectivités territoriales dispose à son 3ème alinéa que « Si la personne décédée est porteuse d'une prothèse fonctionnant au moyen d'une pile, un médecin ou un thanatopracteur procède à son explantation et atteste de la récupération de cette prothèse avant la mise en bière. Toutefois, l'explantation n'est pas requise lorsque la prothèse fonctionnant au moyen d'une pile figure sur la liste fixée par arrêté des ministres chargés de l'intérieur et de la santé après avis du Haut Conseil de la santé publique, au regard des risques présentés au titre de l'environnement ou de la sécurité des biens et des personnes. Cet arrêté peut distinguer selon que la personne fait l'objet d'une inhumation ou d'une crémation. A cet effet, le médecin chargé de constater le décès signale la présence ou non d’une prothèse sur les trois volets administratifs du certificat de décès destinés respectivement à la mairie du lieu de décès, à celle du lieu d’implantation de la chambre funéraire et au gestionnaire de la chambre funéraire où sera déposé le corps ».

Quelles précautions particulières en cas de maladie contagieuse ?

Retrouvez notre article consacré à ce sujet : Maladie contagieuse : déclaration, autopsie et inhumation

En quoi consiste l'inventaire des biens ?

L’article R. 1113-6 du CSP prévoit qu’en cas de décès, les objets appartenant à la personne hébergée font l’objet d’un dépôt. Ses proches en sont avisés. Un document leur est remis pour les inviter à procéder au retrait des objets.

En quoi consiste la toilette mortuaire ?

La toilette mortuaire est un geste de continuité du soin réalisé par les agents du service de soins (IDE, AS) et parfois par des agents dédiés à la chambre mortuaire, selon les établissements.

Elle consiste à fermer les yeux et la bouche du patient, à effectuer une toilette et un change complets, à retirer les matériels invasifs (perfusions, sondes) et les pansements.

Attention cependant : certaines religions proscrivent totalement la toilette en cas de décès. Il est donc important de s’abstenir en cas de doute, ou de prendre contact rapidement avec la famille.

L’objectif est de restaurer la dignité du patient afin de donner une image plus « présentable » à la famille et aux proches.

Aucun rite, notamment religieux, n’est pratiqué à cette occasion. Ceux-ci sont plutôt réservés à la chambre mortuaire, et surtout à la chambre funéraire.

Combien de temps le corps peut-il demeurer dans la chambre ?

L'article R. 2223-93 du CGCT dispose que « Dans toute la mesure du possible, la famille a accès auprès du défunt avant que le corps ne soit déposé dans la chambre mortuaire sans que ce dépôt ne soit différé, de ce fait, d'un délai supérieur à dix heures tel que prévu au cinquième alinéa de l'article R. 2223-76. »

Ce délai, qui n'est justifié par aucune considération scientifique, peut être réduit, ce que font certains établissements dans leurs protocoles, parfois jusqu’à deux heures.

En tout état de cause, il faut tenir compte de chaque cas particulier en étudiant le contexte. Il est évident qu'une personne décédée en chambre double doit être transférée le plus rapidement possible en chambre mortuaire. Il doit aussi être tenu compte des conditions climatiques : en période de canicule, il peut être déraisonnable d'attendre au-delà de deux heures.

Quelles sont les différences entre chambre mortuaire et chambre funéraire ?

La chambre funéraire (régie à l'article L. 2223-38 CGCT) constitue l'un des éléments du service extérieur des pompes funèbres.

La chambre mortuaire (régie à l'article L. 2223-39 CGCT), qui existe dans les établissements de santé, n'est pas soumise à la procédure d'habilitation imposée aux chambres funéraires. Le régime de l'admission est différent dans les deux chambres.

Les établissements ayant constaté plus de 200 décès par an (en moyenne sur les trois dernières années) sont soumis à l’obligation de disposer d’une chambre mortuaire (article R. 2223-90 du code général des collectivités territoriales), parfois appelée amphithéâtre, morgue ou dépositoire, dans laquelle le patient décédé est transporté et où il peut séjourner jusqu’à trois jours, sans facturation possible pour la famille. Au-delà, le séjour peut être facturé mais c’est une pratique qui reste rare.

Les établissements ne disposant pas de chambre mortuaire ont recours à la coopération hospitalière, qui permet le transfert dans un établissement disposant de la structure nécessaire. Mais souvent, c’est à la famille d’organiser rapidement – dans les dix heures suivant le décès – le transfert du corps. A défaut, c’est au chef d’établissement de s’en occuper.


0 Commentaire

Publier un commentaire