Infirmier libéral : que faire si le médecin appelé à domicile ne se déplace pas ?

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Infirmier libéral : que faire si le médecin appelé à domicile ne se déplace pas ?

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages4
  • Imprimer la page

Face à l’état alarmant d’un patient vu à domicile, l’infirmier/infimière peut être amené(e) à solliciter la visite du médecin. Que faire si, au final, celui-ci ne se déplace pas ?

  • Infirmier
Auteur : Nathalie DONDEYNE-JEGU, Juriste / MAJ : 07/01/2019

En pratique, l'infirmier doit s'assurer de la prise en charge du patient

Dans une telle situation, le premier conseil à donner est bien entendu de s’enquérir de l’état du patient tout au long de la journée, au besoin en le revoyant.

En effet, lorsqu’une situation d’urgence nécessitant le recours à un médecin est détectée, le seul fait de prendre contact téléphoniquement avec lui, et de consigner les constantes par écrit au domicile du patient ne déchargent pas totalement l’IDE (infirmier diplomé d'Etat) de ses obligations envers le patient. Il lui appartient également de s’assurer que le relais a bien été ensuite réalisé, et que ce patient a bien été pris en charge. Cette vérification permet de s’assurer que le médecin n’a pas décidé de reporter sa visite en minimisant l’état du patient.

En outre, si l’IDE constate une aggravation de l’état du malade, il lui appartient également de prendre l’initiative d’orienter le patient vers la structure d’urgence appropriée.

En effet, en application de l’article R.4311-14 du Code de la santé publique (issu du décret du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels) : « En l'absence d'un médecin, l'infirmier ou l'infirmière est habilité, après avoir reconnu une situation comme relevant de l'urgence ou de la détresse psychologique, à mettre en oeuvre des protocoles de soins d'urgence, préalablement écrits, datés et signés par le médecin responsable. Dans ce cas, l'infirmier ou l'infirmière accomplit les actes conservatoires nécessaires jusqu'à l'intervention d'un médecin. Ces actes doivent obligatoirement faire l'objet de sa part d'un compte rendu écrit, daté, signé, remis au médecin et annexé au dossier du patient.

En cas d'urgence et en dehors de la mise en oeuvre du protocole, l'infirmier ou l'infirmière décide des gestes à pratiquer en attendant que puisse intervenir un médecin. Il prend toutes mesures en son pouvoir afin de diriger la personne vers la structure de soins la plus appropriée à son état ».

Dans ces conditions, si le médecin tarde à se déplacer malgré le rappel et devant une situation relevant de l’urgence, il ne faut pas hésiter à orienter le patient vers une autre structure. Il conviendra également d’informer le premier médecin contacté de cet éventuel transfert, ou de l’appel à un autre praticien en lui en expliquant les raisons.

Conserver une trace des démarches

En cas de dommage du à un retard de prise en charge du patient, un tribunal pourrait considérer que face à la carence du médecin (qui devra également répondre de ce défaut de soins) il appartenait à l’IDE de prendre toute mesure afin de préserver l’intégrité du malade. A défaut sa responsabilité tant civile que pénale pourrait a priori être recherchée.

Dans ces conditions, et afin d’éviter toute mise en cause s’agissant d’un éventuel retard de prise en charge, il convient de noter dans le dossier de soins la chronologie des évènements, et notamment l’heure du ou des appels au médecin, les éléments portés à sa connaissance, et le transfert éventuel vers une structure d’urgence.

Ceci permettra en cas de plainte ou de réclamation, de ménager une preuve démontrant que la prise en charge du patient a été optimale.


4 Commentaires
  • YVETTE A 10/02/2017

    Il y a 2 semaines, nous avons eu à gérer une situation assez critique:
    -Lundi après-midi, retour d'hospit d'un patient ALHEIMER suite à chute à dom avec 2 fractures aux vertèbres. Pas d'enfant et une épouse dépendante.
    -Mardi nouvelle chute, allo les pompiers pour le relever. Deux heures après la chute, début des vomissements et de la diarrhée===> allo médecin traitant. Sa réponse: je ne me déplace plus à domicile!
    Que fait-on? ===> Allo le réseau gérontologique qui gère ce patient et qui nous l'avait adressé. Nous envoie la plate-forme des aidants (une IDE) pour constater les troubles gastriques!
    Ceux-ci continuent malgré tt ce que l'on met en place
    Nouvel appel au réseau qui finit par me passer le médecin géronto du service . Sa réponse :"Vous nous l'adressez via les urgences en appelant les pompiers pour le transport".
    Allo le 18: "nous ne nous déplaçons pas pour diarrhée et vomissements même suite à une chute , appelez le SAMU"
    Allo le 15, à qui je raconte une nième fois mon histoire et qui accepte du fait de mon insistance à nous envoyer une ambulance pour le transport de ce patient. Il est 19h00.
    Voilà mon mardi après-midi normalement de repos ...
    Finalement, nous avons su 48h00 après, que ce patient souffrait de calcul biliaire......

  • Alain G 09/02/2017

    Comme d'habitude, aux IDE de suppléer au manque de médecins avec en plus LA responsabilité face au patient.
    Il est entendu que notre conscience professionnelle, sans parler d'obligation et de droit, va faire que nous resterons auprès de notre malade. A nous de communiquer au médecin qui ne veut pas se déplacer pour souvent de fausse raison, que le patient est pris en charge avec notre charge de travail aussi lourde sinon plus que la sienne. Sans les IDE que serait la vie des patients ......

  • Catherine H 09/02/2017

    Après les décès dus à la canicule j'ai voulu comprendre ce qui se passait dans les maisons de retraite et je n'ai pas vu que du beau.,
    Dont une fois j'ai eu une pensionnaire fait un malaise avec douleurs thoraciques irradiant dans le bras gauche un dimanche à 18h30. Le médecin de garde à refuser de se déplacer, le médecin de ville qui était de garde aussi n'a pas voulu venir et enfin ce sont les pompiers qui sont venus et ont transféré cette dame à l'hôpital.....

  • Jessica D 09/02/2017

    Je me suis retrouvée dans une situation similaire, pas de médecin car un samedi, pas d'enfant car parti pour le weekend, des voisins un brin affolé par la situation, des urgences surpeuplé avec des ambulances pas disponible avant 2h, j'ai fini à mes dépends par charger la patiente dans ma voiture et l'amener moi même aux urgences..
    Je suis resté à l'accueil et suis parti après les transmissions aux personnes qui l'ont prise en charge et qu'elle soit enfin encadrée..
    Son fils m'a amplement remercié mais j'avoue que j'ai pas bcp réfléchi aux conséquences qu'auraient pu avoir mes actes.

Publier un commentaire