Césarienne bovine : la RCP du vétérinaire peut être engagée

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Césarienne bovine : la RCP du vétérinaire peut être engagée

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • vétérinaire, éleveur, vache

L’examen des rapports annuels successifs de la MACSF met en évidence une proportion relativement élevée de mise en cause du vétérinaire lors des césariennes bovines. Une proportion de l’ordre de 40% des sinistres déclarés dans cette espèce se retrouve de la même manière dans les publications de confrères intervenant comme conseils techniques d’autres compagnies ou mutuelles d’assurances.

  • Vétérinaire
Auteur : Michel BAUSSIER, Docteur vétérinaire / MAJ : 29/08/2018

La césarienne chez la vache : une pratique courante

En pratique bovine, l’obstétrique arrive en effet en tête du taux de sinistres et, dans cette discipline, ce sont les complications de la césarienne qui dominent.

Mais il convient de ne pas perdre de vue que ce taux de sinistres relativement élevé est d’abord dû au fait que la césarienne est l’opération chirurgicale la plus pratiquée en médecine vétérinaire rurale : il s’en pratique 500 000 par an en Belgique selon HANZEN (2010).

Le taux de complications est situé entre 2 et 5 % selon les auteurs. HANZEN cite un taux de mortalité de 0,2 %.

Les conditions de réalisation de l’acte, parfois physiquement éprouvant, presque toujours entrepris dans l’urgence, par un praticien seul qui peut, en période de vêlages en zones allaitantes, être fatigué, voire épuisé, agissant sans équipe chirurgicale ou obstétricale pour l’assister - contrairement à ce qui se passe en humaine ou même tout simplement en pratique canine - peuvent expliquer ce taux relativement élevé de sinistralité qui tend à se maintenir. Ajoutons que l’environnement opératoire n’est pas forcément idéal en matière de confort, d’hygiène et de sécurité. En définitive on pourrait dire de la même manière qu’un aussi faible taux de complication est une prouesse, eu égard aux conditions de réalisation d’un acte chirurgical majeur, comportant une large ouverture de la cavité générale en milieu septique.

La littérature converge pour mettre l’accent sur les points critiques suivants quand la responsabilité est retenue : la mauvaise qualité des sutures utérines (défaut d’étanchéité, lâchage de nœuds, rupture de ligature), un problème lié à l’hémostase mal maîtrisée, un problème lié à la lésion d’un organe gastro-intestinal ou à un défaut d’asepsie. Dans ces sinistres, les péritonites séro-fibrineuses sont classiques et fréquentes et liées le plus souvent à une ou plusieurs des causes précédemment listées.

Ajoutons que l’expérience de l’obstétricien-chirurgien est souvent pointée du doigt comme insuffisante à travers un fort taux (25 %) de mise en cause des assistants, remplaçants et de façon générale des jeunes collaborateurs. Dans ces cas le taux de prise en charge par l’assurance est autour de 75 %.

Enfin la césarienne sur torsion utérine ou bien aussi après échec de manœuvres obstétricales de réduction de dystocies par malposition fœtale ou bien après échec de tentatives d’extraction forcée voit son taux de complications très nettement accru.

En tout état de cause la fatalité ne peut et ne doit constituer une explication suffisante et satisfaisante à un taux de complications encore un peu élevé et à une sinistralité relativement forte.

Adopter une attitude préventive

Il convient d’adopter une attitude préventive combative.

Elle passe par l’information et la formation de l’éleveur dans le but d’obtenir les conditions de réalisation optimales des interventions (confort, sécurité, hygiène, éclairage, bonnes pratiques en matière de première aide obstétricale).

Elle suppose le réflexe du diagnostic complet de la situation lors de la prise en charge par le praticien. La confiance parfois excessive en ce professionnel qu’est l’éleveur ainsi que la routine et la banalisation de l’acte sont des facteurs de sinistralité.

La prévention passe par l’information claire de l’éleveur sur les risques de l’intervention dès lors que la césarienne doit être réalisée dans un contexte particulier (pathologie infectieuse sur le cheptel, torsion utérine, antécédents concernant la femelle en vêlage…) afin d’obtenir son consentement préalable à la prise de risque accru.

Elle passe enfin par toutes les remises en cause de sa propre technique et de ses habitudes en matière de biosécurité, d’asepsie, de conservation des ligatures dans la voiture (notamment ligatures synthétiques résorbables), de souci de l’hémostase mais aussi de technique de ligature et de suture.

Le pire obstacle au progrès et à la prévention des événements indésirables graves - et donc des mises en cause - est sans doute l’autosatisfaction, le rejet de la démarche scientifique, laquelle comporte la recherche objective des causes.

Même si le taux de complications de la césarienne bovine est faible, eu égard à sa fréquence et aux conditions de réalisation d’une intervention majeure de chirurgie abdominale au milieu d’une étable, il reste possible, par une démarche scientifique constante, de l’améliorer, pour le bien-être de l’animal, la satisfaction de l’éleveur et le bonheur du vétérinaire.

Bibliographie sommaire

  • BAUSSIER M. – Responsabilité du vétérinaire en chirurgie bovine. EPU de chirurgie bovine, Ecole nationale vétérinaire de Lyon, 2007.
  • BAUSSIER M. – L’expertise en responsabilité civile professionnelle. EPU AFVE, Ecole nationale vétérinaire de Toulouse, 2005.
  • CHAFFIOTTE P. – Les accidents après hystérotomie chez les bovins. Réunion technique VETEX, février 2016.
  • FRIKHA R., BAUSSIER M. – Chirurgie bovine : les facteurs de risque avant, pendant et après. Conférence journées nationales des GTV, Nantes, mai 2003.
  • HANZEN Ch. – Modalités de réalisation des césariennes chez la vache. Enquête internationale. Veterinexpo, nov 2010.
  • KLEIN J-F. – Le risque des professions de santé en 2009 : les vétérinaires. Rapport annuel MACSF, novembre 2010.
  • MACSF, RAPPORT ANNUEL, éditions 2014 et 2016.
  • MANGEMATIN G. – L’opération césarienne chez la vache et la responsabilité civile professionnelle du vétérinaire. Bulletin des GTV, n° 3, 1998.
  • MANGEMATIN G. – Information préalable et consentement éclairé. La Dépêche Vétérinaire, supplément technique n° 71, juin 2000.
  • MANGEMATIN G. – Sinistralité en pratique vétérinaire bovine. La Dépêche Vétérinaire, supplément technique n° 71, juin 2000.
  • MANGEMATIN G. – Responsabilité civile professionnelle du vétérinaire : base juridique, prospectives, étude de cas concrets. Conférence, Journées nationales GTV Dijon 2000.
  • MANGEMATIN G. – Echecs et sinistres en chirurgie bovine, équine et canine : approche pratique de la responsabilité du vétérinaire. Conférence, Journées nationales GTV Tours 2002.
  • MANGEMATIN G. – Chirurgie bovine et responsabilité civile professionnelle du vétérinaire. Le Point Vétérinaire, vol31, numéro spécial « Chirurgie des bovins et des petits ruminants », 2000.
  • MANIERE J. et LAURENT J-L. – Les complications de la césarienne. Comment les éviter ? Quand faut-il rouvrir ? Journées des GTV, Nantes, mai 2012.
  • SCHMITT D. – Les dystocies d’origine maternelle chez les bovins, Thèse vétérinaire, ENVL, 2005.
  • TARTERA Ph. – Responsabilité du vétérinaire rural lors d’interventions obstétricales. Bull GTV n° 59, 2011.
  • VILLEVAL J. – Méthodes de prise en charge des dystocies bovines en élevage allaitant et mixte allaitant /laitier en France. Thèse vétérinaire ENVA, 2012.

0 Commentaire

Publier un commentaire