Préparation du matériel au bloc opératoire

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Préparation du matériel au bloc opératoire : le rôle de l'IADE

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • anesthesie

A l'ouverture du bloc opératoire, l'IADE doit d'assurer du bon état et du bon fonctionnement du matériel et des dispositifs médicaux d’anesthésie. Le médecin anesthésiste réanimateur, quant à lui, doit valider que les vérifications ont bien été faites selon les modalités prévues. 

  • Infirmier
Auteur : Stéphanie Tamburini, Juriste / MAJ : 27/08/2019

Texte réglementaire sur la vérification du matériel au bloc opératoire

Un arrêté du 3 octobre 1995 dispose que la vérification du bon état et du bon fonctionnement du matériel et des dispositifs médicaux d’anesthésie doit être organisée selon des modalités qui déterminent pour chaque type de matériel ou de dispositif les qualifications et la formation des personnels chargés de ces vérifications.

Le texte précise également que « le médecin anesthésiste réanimateur qui pratique l’anesthésie s’assure avant l’induction de son patient que les vérifications ont été faites selon les modalités prévues au document et que le résultat est satisfaisant.

Mention est faite sur un registre contresigné par l’anesthésiste réanimateur ».

Vérification du matériel d'anesthésie au bloc : rôle de l'IADE

Il appartient donc au médecin anesthésiste réanimateur de valider le bon déroulement de la procédure de vérification du matériel d’anesthésie, qui entre dans le rôle de l’IADE.

En effet, comme le rappelle la SFAR en février 2001, la qualification de l’IADE répond spécifiquement à cette exigence :

"Son rôle comprend notamment la vérification, la préparation et l’entretien du matériel d’anesthésie, l’exécution de certains gestes sous la direction du médecin anesthésiste réanimateur (…) ainsi que certaines tâches transversales telles que la matériovigilance".

0 Commentaire

Publier un commentaire