Un retard de diagnostic jugé non fautif

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Un retard de diagnostic jugé non fautif

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages5
  • PDF
  • Imprimer la page
  • plainte, médecin

Le médecin traitant, premier interlocuteur du patient dans le parcours de soins, peut voir sa responsabilité recherchée lorsqu’une pathologie a été décelée tardivement. On lui reproche alors de ne pas avoir prescrit les examens nécessaires ou de ne pas avoir orienté le patient à temps vers un spécialiste.

Une affaire jugée récemment nous rappelle, toutefois, qu’un retard de diagnostic n’est pas toujours fautif. Un certain nombre d’éléments doivent être prouvés par le patient.

Auteur : Aline TESSIER, Juriste / MAJ : 09/02/2018

Un cancer bronchique diagnostiqué tardivement

Un patient diabétique, présentant une hypertension artérielle et un tabagisme actif, consulte à de nombreuses reprises son médecin traitant, et notamment à compter du mois d’octobre 2012, pour des épisodes infectieux.

Devant l’absence de réponse aux différents traitements antibiotiques, le 20 novembre 2012, le médecin prescrit une radiographie pulmonaire.

Les résultats de l’examen, et de ceux qui suivent, mettent en évidence un cancer bronchique. Le patient décèdera un mois plus tard.

La famille du défunt, reprochant au médecin traitant d’avoir été défaillant dans le suivi médical, saisit la Commission de Conciliation et d’Indemnisation (CCI).

L’expert sollicité estime que le comportement du médecin a été conforme aux règles de l’art et aux données acquises de la science.

Pourtant, la CCI retient une faute de diagnostic, imputable au médecin traitant et consistant en un retard de prescription de la radiographie pulmonaire. Ce retard a fait perdre au patient une chance de survie évaluée à 20 %.

Le Tribunal, saisi dans un second temps, estime, au contraire, que le médecin n’engage pas sa responsabilité.

Le Tribunal rappelle les caractéristiques de la faute de diagnostic

Aux termes de l’article L. 1142-1 du Code de la santé publique, un médecin ne peut voir sa responsabilité engagée qu’en cas de faute. La preuve de cette faute incombe à la victime.

Si le diagnostic posé est contesté, le demandeur doit, non seulement démontrer qu’il était erroné, mais également que cette erreur était fautive.

Le Tribunal ajoute que cette faute peut être constituée, selon les circonstances :

  • « soit par une interprétation inexacte des symptômes observés ou des examens médicaux au regard des données acquises de la science au moment de l’examen du patient » ;
  • « soit par une mise en œuvre insuffisante d’examens ou de moyens d’investigations préconisés au regard des données acquises de la science […] » ;
  • « soit par la carence à s’entourer de l’avis éclairé d’autres médecins face à un diagnostic difficile ».

Enfin, outre la preuve d’une faute, la juridiction rappelle que la victime doit également établir que celle-ci lui a causé un préjudice, qui s’analyse traditionnellement en une perte de chance puisqu’il est rarement certain que si le diagnostic avait été posé, le dommage aurait pu être évité.

L’absence d’erreur fautive de diagnostic

Dans cette affaire, le Tribunal estime qu’il ne peut être reproché au médecin traitant une erreur fautive de diagnostic, consistant en la prescription tardive d’une radiographie pulmonaire, pour deux raisons :

  • durant le premier semestre 2012, le patient ne présentait aucun symptôme laissant suspecter la pathologie survenue ;
  • même si le médecin traitant avait prescrit un mois et demi plus tôt l’examen, lors des consultations d’octobre, la pathologie aurait évolué de la même manière et l’échéance aurait été identique.

Les demandes de la famille du patient sont rejetées.

5 Commentaires
  • Jean-Paul D 09/05/2018

    100 % d'accord avec Patrick, Laurent et Philippe !
    Poursuivre le médecin pour un cancer bronchique dont les 1ers symptômes sont apparus 1 mois + tôt !!!!!
    On aura tout vu ... Comme quoi l'appât du gain ....
    Déserts médicaux vous avez dit ? Les français ont la médecine (ou l'absence de médecins) qu'ils méritent, et ça sera de pire en pire dans les années à venir, bien fait pour leur gueule !

  • Francois A 07/05/2018

    malheureuse histoire simple et sans appel au regard du droit et de la réflexion mais qui montre toujours la nécessité d'une rigueur médicale sans faille quelles que soit les circonstances car on peut être faillible mais non fautif

  • patrick d 06/05/2018

    en parlant de déserts médicaux il faut en Vendée près de 3 semaines parfois pour obtenir des clichés de thorax et 1 mois pour obtenir un scanner thoracique ! de plus un fumeur sait depuis longtemps à quoi il s'expose car cela fiat plus de 50 ans que la relation entre les cancers du poumon et le tabagisme est établie! heureusement qu'il existe dans ce pays un petit nombre de juges capables de réfléchir car avec ce peuple abruti de télé réalités, de discours débiles des politiques et de journalistes incultes et lèches bottes du pouvoir actuel et des précédents on peut craindre le pire!

  • laurent r 03/05/2018

    arrêter de fumer d'abord..... et plus de problème de procès!ce genre de procès montre bien que les gens sont de plus en plus procédurièrs...et avec les déserts médicaux, cela ne va pas s'arranger...

  • Philippe B 03/05/2018

    Un conseil à la famille :attaquer plutôt la SEITA et foutre la paix aux médecins.

Publier un commentaire