Traumatisme crânien chez l’enfant

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Traumatisme crânien chez l’enfant

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • PDF
  • Imprimer la page
  • chute enfant, traumatisme cranien

Le traumatisme crânien léger, défini par un GCS ⩾ à 13, est un motif très fréquent de consultation aux urgences. Le traumatisme crânien grave ne pose généralement pas de problème diagnostique ou de prise en charge. En cas de traumatisme crânien léger, toute la problématique réside dans le fait, pour le médecin, de savoir détecter les enfants à haut risque de lésion intracrânienne.

Pour détailler de manière concrète les précautions à prendre en cas de traumatisme crânien léger chez l'enfant, voici un dossier médico-légal que nous avons traité récemment au Comité Médical.

  • Médecin généraliste et urgentiste
Auteur : Marion FRATI, médecin urgentiste conseil / MAJ : 17/04/2018

Les faits : retard de prise en charge de traumatisme crânien chez un enfant de 2 ans

Un enfant de 2 ans est amené par ses parents aux urgences d’un établissement privé. Il s’agit d’une chute en arrière d’un tabouret d’une hauteur d’environ 1 mètre, occasionnant un traumatisme crânien (TC) léger. L’enfant ne présente pas de signe clinique de gravité et son comportement est décrit comme normal. L’examen clinique est sans particularité hormis un discret hématome en regard de l’impact. L’urgentiste après avoir informé oralement les parents, laisse repartir le jeune patient au domicile. Peu de temps après, l’enfant vomit une première fois puis s’endort. Il se réveille de nouveau pour vomir une seconde fois et se dégrade rapidement sur le plan neurologique, ce qui motive l’appel du SAMU. L’enfant est transféré en centre spécialisé pour un hématome extra dural associée à une fracture occipitale, l’évolution sera globalement favorable avec une récupération neurologique correcte.

L’urgentiste est mis en cause pour retard de prise en charge et défaut d’information.

Quelles sont les recommandations actuelles ?

Les recommandations actuelles se réfèrent à la règle de décision clinique établie à partir de l’étude Pediatric Emergency Care Applied Research Network (PECARN) qui repose essentiellement sur l’anamnèse et l’examen clinique. L’objectif principal est d’identifier les enfants à bas risque de développer des lésions intracrâniennes cliniquement sévères et d’optimiser le recours au scanner cérébral, examen de référence dans un contexte d’urgence, ceci afin de limiter une exposition inutile chez l’enfant à des radiations ionisantes qui pourraient avoir des effets cancérigènes. Les algorithmes décisionnels pour la réalisation d’une imagerie cérébrale selon l’âge de l’enfant, les critères d’hospitalisation et de sortie après un traumatisme crânien léger ainsi qu’une fiche d’information à l’attention des parents, sont intégralement développés dans les recommandations actualisées par les sociétés savantes*que nous vous invitons à (re)découvrir.

* F.Lorton, Actualisation des recommandations pour la prise en charge du traumatisme crânien léger chez l’enfant, Groupe Francophone de réanimation et urgences pédiatriques GFRUP et SFMU 2015.

Nos conseils

Notre cas médico-légal illustre parfaitement la difficulté de distinguer ces enfants potentiellement graves en cas de traumatisme crânien léger. La règle de décision clinique apporte une aide précieuse au médecin parfois peu habitué à la pratique pédiatrique mais elle ne doit pas pour autant supplanter un bon interrogatoire précisant notamment les circonstances du traumatisme crânien et le sens clinique du praticien. Il est conseillé d’évaluer la capacité de surveillance de l’enfant par son entourage. Il est également indispensable de mesurer la compréhension des parents en leur remettant une fiche d’information écrite plutôt qu’une information orale.


0 Commentaire

Publier un commentaire