Le pharmacien correspondant

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Le pharmacien correspondant , un acteur-clé au cœur du système de santé

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • Pharmacien correspondant, officine, mission

Le décret n° 2011-375 du 5 avril 2011 fixe les missions des pharmaciens d’officine correspondants qui s’inscrivent dans le cadre de protocoles de coopération entre professionnels de santé définis à l’article L 4011-1 du Code de la santé publique.

Cette coopération vise à faire face aux problématiques de disponibilité et de pérennité des professionnels de santé suite aux évolutions de la démographie médicale et aux nouveaux besoins des patients. La sécurité et la qualité des soins doivent rester une priorité absolue.

  • Pharmacien
  • Médecin généraliste et urgentiste
Auteur : Catherine LAMBLOT, Juriste / MAJ : 21/09/2017

Ses missions obligatoires

Comme tout pharmacien, et en application de l’article L5125-1-1 A du Code de la santé publique, le pharmacien correspondant contribue obligatoirement aux soins de premier recours définis à l’article L1411-11, participe à la coopération entre professionnels de santé et aux missions de service public de la permanence des soins (PDS) et concourt aux actions de veille et de protection sanitaire organisées par les autorités de santé.

Ses missions spécifiques

A ces missions obligatoires, viennent s’ajouter des missions plus spécifiques prévues par le décret, qui s’inscrivent dans le cadre d’un protocole portant sur un traitement chronique.

Le pharmacien correspondant peut, à la demande du médecin ou avec son accord, renouveler périodiquement le traitement concerné, ajuster au besoin la posologie au vue du bilan de médication qu’il a effectué, selon un rythme et des modalités définis dans le protocole (article R5125-33-5 du CSP). 

Ce protocole détermine le nombre de renouvellements autorisés et leur durée. La durée totale de la prescription et des renouvellements ne peut excéder douze mois. La prescription médicale rédigée dans le cadre du protocole précise les posologies minimales et maximales, la durée totale du traitement comprenant les renouvellements ainsi que la nature éventuelle des prestations à associer selon le produit prescrit. Le protocole peut prévoir des bilans de médication à effectuer par le pharmacien.

Un bilan de médication comprend l'évaluation de l'observance et de la tolérance du traitement ainsi que tous les éléments prévus avec le médecin pour le suivi du protocole. Dans ce bilan, le pharmacien recense les effets indésirables et identifie les interactions avec d'autres traitements en cours dont il a connaissance. Il s'assure du bon déroulement des prestations associées.  Le pharmacien communique le bilan ainsi effectué au médecin prescripteur

Comment ce statut est-il mis en place ?

C’est le patient qui désigne le pharmacien d’officine correspondant, en application de l’article L5125-1-1-A 7° du Code de la santé publique : « Peuvent, dans le cadre des coopérations prévues par l'article L. 4011-1 du présent code, être désignés comme correspondants au sein de l'équipe de soins par le patient (…) ».

Le pharmacien correspondant, qui peut être le titulaire, l’adjoint ou le gérant de l’officine, n’est pas obligé d’accepter cette mission si le patient le lui demande. En cas d’acceptation, la mission est « officialisée » et décrite par le biais d’un protocole de coopération avec d’autres professionnels de santé.


0 Commentaire

Publier un commentaire