Quelles responsabilités pour un professionnel de santé salarié ?

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Quelles responsabilités pour un professionnel de santé salarié ?

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • PDF
  • Imprimer la page
  • Responsabilité professionnel de santé salarié

Un professionnel de santé salarié du privé peut-il engager sa responsabilité personnelle en cas de litige avec un patient ? Son employeur encourt-il également une part de responsabilité ?

Nous vous proposons un tour d’horizon sur ces questions*.

Auteur : Stéphanie Tamburini, Juriste Expert / MAJ : 05/06/2018

Poursuites d'un professionnel de santé salarié devant une juridiction civile, pour obtenir des dommages et intérêts

  • Le principe : le commettant (c’est-à-dire l’employeur) est responsable du fait des dommages causés par son préposé (salarié) dans les fonctions auxquelles il l’a employé (article 1242 du code civil).

La jurisprudence a longtemps douté de l’application de ce principe pour les professionnels de santé salariés, en raison de l’indépendance dont ils disposent dans l’exercice de leur art. Mais la question est aujourd’hui tranchée par plusieurs arrêts de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation du 9 novembre 2004 : le professionnel de santé salarié qui agit dans le cadre de la mission qui lui est impartie par l’employeur, et qui n’en a pas outrepassé les limites, ne commet pas de faute personnelle susceptible d’engager sa responsabilité dans la réalisation d’un dommage.

-  des agissements hors fonction (sur des indices objectifs tels que le temps et le lieu de l’action, les moyens procurés au préposé par ses fonctions, etc.) ;
- une absence d’autorisation de l’employeur (qui doit être établie par celui-ci) ;
- un acte commis à des fins étrangères, voire contraires, aux attributions du préposé.
Au regard de ces critères, le fait de commettre une faute dans l’exercice de ses fonctions ne suffit évidemment pas à caractériser un abus de mission du salarié.

  • L’indemnisation pécuniaire de la victime est assurée par l’employeur (ou son assureur), qui ne peut ensuite exercer un recours à l’encontre de son salarié pour en obtenir le remboursement, sauf s’il prouve un abus de fonction.

Poursuites devant une juridiction pénale, pour sanctionner le professionnel de santé salarié auteur d’une infraction, d’un délit ou d’un crime

  •  Une responsabilité personnelle : en matière pénale, chacun doit répondre personnellement de ses actes. Le statut de salarié ne permet pas au professionnel de santé d’être couvert par son employeur en cas de faute pénale.
  • Auteur direct quand le professionnel a commis une faute d’imprudence ou de négligence, ou a manqué à ses obligations de prudence et de sécurité et qu’il n’a pas accompli les diligences normales compte tenu de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait.

  • Auteur indirect quand le professionnel n’a pas causé directement le dommage, mais a créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou n’a pas pris les mesures permettant de l’éviter, à la condition d’avoir, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de sécurité ou de prudence prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d’une particulière gravité que l’auteur ne pouvait ignorer.

  • Les éventuelles amendes sont à la charge du professionnel de santé salarié.

  •  La responsabilité pénale de l’employeur peut être retenue conjointement avec celle du salarié.

Poursuites devant un Ordre professionnel, pour sanctionner un manquement à un principe déontologique

  • Une responsabilité personnelle : les poursuites devant un Ordre professionnel visent à sanctionner un manquement aux règles déontologiques et professionnelles. Les sanctions qui peuvent être prononcées à l’issue de la procédure sont personnelles, même si le professionnel est salarié.

* Le statut hospitalier n’est pas concerné par cet article

0 Commentaire

Publier un commentaire