Témoignage d’une infirmière : mes débuts en USIC

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Témoignage d’une infirmière : mes débuts en USIC (Unité de Soins Intensifs Cardiologiques)

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • cardiologie, infirmière

Mélanie LY PAYIA, infirmière depuis 1994, a exercé son premier poste en Unité de Soins Intensifs Cardiologiques (USIC). Malgré les connaissances et les compétences acquises au cours de ses études, les débuts dans ce service se sont révélés plutôt angoissants. Ce témoignage nous raconte son entrée dans la vie professionnelle...

  • Infirmier
Auteur : Propos recueillis par Seng THOR, MACSF / MAJ : 08/04/2019

En quoi cette entrée dans la vie professionnelle a-t-elle été "angoissante" ?

En tant que professionnelle, tout reposait sur moi. Il y avait la peur de faire des erreurs, de ne pas faire les choses comme il faut, des conséquences si je me trompais et la vie des gens qui était entre mes mains.
Même si j'avais des collègues que je pouvais consulter, j'étais responsable de mes actes.
Avec le temps et l'expérience, les choses viennent naturellement.

Combien de patients aviez-vous en charge en tant qu'étudiante ?

Quand j'étais en dernière année, aux soins intensifs, il y avait 6 patients. Et quand j'étais à l'USIC (Urgences et Soins Intensifs de Cardiologie), j'avais 2 ou 4 patients, en plus des patients qui étaient en salle.

Je devais en tout avoir 6 ou 8 patients à ma charge.

Qu'est-ce qui était le plus difficile en tant que professionnelle : la partie technique ou la surveillance ?

C'était surtout la partie surveillance, la peur de ne pas faire ce qu'il faut. En termes de technique, ça allait.

Auriez-vous préféré un temps de pause entre l'obtention de votre diplôme et votre prise de fonctions ?

Non, car je voulais me mettre tout de suite dans le bain et mettre en pratique les connaissances que j'avais acquises.

Quand j'ai commencé, j'ai eu une très bonne cadre, qui m'a mise en confiance. Mais j'ai été lâchée très tôt. C'était en plein été, il manquait du personnel et on s’est retrouvées à deux infirmières nouvellement diplômées, à assurer  un service de soins d’urgence. 

Pourquoi ne pas avoir choisi un service plus facile pour commencer, avec moins de technicité ?

J'aimais ce côté "urgences", avec beaucoup de technique. J'avais une attirance pour la médecine mais je cherchais un service "mouvementé", c'est pour cela que j'ai choisi la cardiologie.

La formation dont vous avez bénéficié vous a-t-elle semblé complète au moment de prendre vos fonctions ? (Podcast)

Ecouter l'extrait de l'interview (Podcast) :

Après votre poste en USIC, qu'avez-vous décidé de faire ?

Je me suis mariée et j'ai demandé ma mutation dans un autre hôpital.

J'ai d'abord été SICS (Service Infirmier de Compensation et de Suppléance), volante, pendant environ 4 ans, avant de me fixer en neurologie, où je suis restée 4 ans.

J'aimais les découvertes et le changement dans la fonction de SICS. Je tournais dans tous les services sans en connaître les problèmes relationnels.

0 Commentaire

Publier un commentaire