L'accueil en consultation d'un patient mineur

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

L'accueil en consultation d'un patient mineur

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages1
  • PDF
  • Imprimer la page
  • Consultation mineur

Quelles sont les précautions à prendre lorsqu’un mineur arrive seul en consultation ? Quelle est la responsabilité du soignant ? Voici l’essentiel à retenir sur l’accueil en consultation du patient mineur. 

Auteur : Stéphanie TAMBURINI, Juriste / MAJ : 03/07/2018

Le mineur se présente seul à une consultation

  • Difficile en pratique de refuser de recevoir le mineur pour la mise en oeuvre du plan de traitement préalablement défini avec les parents et l'enfant, au prétexte qu'il n'est pas accompagné de ses parents, sauf à le priver des soins nécessaires à la sauvegarde de sa santé, ce qui n'est pas l'esprit des textes.
  • Mais si un mineur se présente seul à une consultation isolée, il est préférable de contacter ses parents ou de l’inviter à revenir accompagné.
  • En toutes hypothèses, adresser un courrier accompagné le cas échéant de la prescription directement au domicile des parents, plutôt que de la remettre en mains propres au mineur en fin de consultation.

A lire aussi :

Quelles précautions prendre lors de la sortie de consultation du mineur non accompagné ?

En cas d'accident du patient mineur sur le trajet du cabinet médical : qui est responsable ?

Lors de son trajet vers ou en provenance du cabinet ou de l’établissement, l’enfant demeure sous la responsabilité de ses parents, au même titre d’ailleurs que pour n’importe quel déplacement. De même qu’un enseignant ne peut être tenu responsable d’un accident survenant pendant le trajet vers ou en provenance de l’école, on voit mal en quoi la responsabilité du professionnel de santé pourrait être engagée pour un éventuel accident pendant le trajet.

Le fait que l’enfant se déplace seul relève d’une décision de ses parents, et ce déplacement est étranger à la relation de soins proprement dite, qui ne s’instaure qu’une fois l’enfant arrivé au cabinet, et qui cesse dès son départ.

Si, compte tenu de l’âge ou de la personnalité de l’enfant, il ne semble pas raisonnable de le laisser effectuer le trajet seul, il est souhaitable d’en informer les parents. Si ceux-ci persistent dans leur volonté de laisser l’enfant faire le trajet seul, il faudrait consigner au dossier médical, tant l’information donnée sur les risques que la décision des parents.

La surveillance du mineur seul en salle d'attente

  • En établissements, la HAS a établi un référentiel "Enjeux et spécificités de la prise en charge des enfants et des adolescents en établissement de santé" (décembre 2011), qui rappelle l’importance d’organiser un accueil adapté à l’enfant et à ses accompagnants.
  • Dans les cabinets libéraux, le praticien n’a pas l’obligation d’instaurer une surveillance spécifique, mais lors de l’élaboration du plan de traitement, il peut être utile de rappeler aux parents les conditions dans lesquelles se fait l’accueil, en indiquant par exemple qu’aucun système de vidéosurveillance n’est installé et qu’aucune surveillance directe de la salle d’attente ne peut être organisée. Cette information doit être consignée au dossier.
  • Il est préférable que les parents amènent et viennent chercher leur enfant ou le confient à un accompagnateur majeur. Si le praticien juge qu’il n’est pas souhaitable, au regard de l’âge et/ou de l’état du mineur, de le laisser rentrer seul, les parents doivent en être informés. Dans le cadre d’un plan de traitement au long cours (orthodontie, psychiatrie, orthophonie par exemple), il paraît prudent de noter dans le dossier les coordonnées complètes des titulaires de l’autorité parentale ainsi que celles de personnes désignées par les parents pour, le cas échéant, venir chercher l’enfant.

En savoir plus :

Qui est responsable en cas d’accident survenant dans la salle d’attente lorsque le mineur se rend seul en consultation ?

Une surveillance spécifique doit-elle être mise en place dans la salle d’attente lorsque le mineur se présente seul en consultation ?

Le remboursement de soins dispensés dans le cadre du secret opposé aux parents

  • IVG des mineures sans consentement parental: prise en charge de 100% dans le cadre d’un tarif forfaitaire, avec dispense totale d’avance des frais. Le secret à l’égard des parents est donc préservé.
  • Dans les autres domaines, et dans le cas où le mineur a moins de 16 ans et ne dispose pas de sa propre carte d’assuré social, il peut être problématique que les soins apparaissent sur un bordereau dont les parents, en tant qu’assurés sociaux, sont destinataires.
  • La loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé a inséré dans le code de la sécurité sociale un article L. 162-1-18-1 indiquant que « Lorsqu’un ayant droit mineur a fait usage, pour certains actes et prestations, du droit défini au premier alinéa de l’article L. 1111-5 et à l’article L. 1111-5-1 du code de la santé publique, la prise en charge par les organismes d’assurance maladie de certaines dépenses est protégée par le secret. La liste de ces actes et prestations et de ces dépenses est définie par arrêté conjoint des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale ».

1 Commentaire
  • Sandrine B 09/09/2018

    Bonjour,
    en tant que psychologue, il me semble que nous avons obligation d'avoir l'accord des deux parents pour recevoir un mineur. Pouvez-vous me confirmer cela? (notamment pour le cas de parents séparés)

Publier un commentaire