Création d'un blog par un médecin : quels sont les risques ?

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Création d'un blog par un médecin : quels sont les risques ?

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page
  • création blog

En tant que pédiatre, j'ai créé un blog, sans aucun aspect commercial, sur lequel j'ai répertorié des conseils d'hygiène de vie et de prévention. Mes patients le consultent fréquemment : puis-je être poursuivi si mes patients interprètent mal certains de ces conseils ou renoncent à une consultation pour leur enfant, pensant avoir trouvé la réponse à leurs interrogations ?

  • Médecin généraliste et urgentiste
Auteur : Germain DECROIX, Juriste - MACSF Le Sou Médical / MAJ : 01/10/2018

Le Code de déontologie médicale (CDM) reste très attaché aux formes traditionnelles d’exercice de la médecine et n’a pas prévu de dispositions particulières pour les nouvelles technologies, qui peuvent donner lieu à de nouvelles pratiques.

Dès lors qu’il ne comporte aucun aspect commercial, un blog de conseils aux parents créé par un pédiatre ne pose pas de problème déontologique, mais il peut en revanche soulever des questions de responsabilité. Même si l’intention de départ est louable (apporter une aide aux parents dans des situations simples), les éléments fournis peuvent être faussement rassurants, et les dissuader de recourir à une consultation médicale. Il est ainsi particulièrement hasardeux de rédiger des conseils généraux sur la surveillance de jeunes enfants atteints de gastro-entérite. La gestion d’un blog semble donc extrêmement délicate, car il faut trouver un équilibre entre la banalité de certains symptômes et la vigilance nécessaire, surtout chez des enfants, incapables de s’exprimer clairement et dont l’état peut s’aggraver très vite.

Il n’est donc pas exclu qu’en cas de complication, des parents tentent de justifier leur attentisme par le fait qu’ils ont été rassurés à tort par les messages figurant sur le blog, d’où l’importance de les rédiger de façon prudente. Une sage précaution consiste à rédiger un avertissement général sur la page d’accueil du blog, indiquant que chaque cas est particulier, qu’un examen médical est nécessaire pour aboutir à un diagnostic, que si les symptômes persistent ou s’aggravent, il est impératif de consulter un médecin et qu’il ne s’agit que de conseils sur l’attitude à adopter face aux cas les plus habituels. Par ailleurs, il est prudent de rajouter dans chaque article que des formes graves peuvent exister, et que tout élément différent de ceux présentés dans le blog doit conduire à présenter l’enfant à un médecin.

D’autre part, les blogs offrent souvent la possibilité aux internautes de laisser un commentaire. Il est préférable, dans ce contexte particulier, de désactiver cette fonction : on évitera ainsi que des parents ne posent une question, ce qui peut les inciter à attendre la réponse pour réagir ou à considérer que faute d’alerte adressée par le pédiatre, la situation ne doit pas être grave…