Soignants et patients en mutation ?

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Soignants et patients en mutation ?

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page

Plusieurs évolutions récentes ont marqué le monde de la santé, faisant émerger de nouveaux métiers et de nouveaux modes d'organisation, ainsi qu'une nouvelle relation patient-soignant, caractérisée par une plus grande réciprocité.

Auteur : Professeur Jean-Michel Chabot, professeur de santé publique / MAJ : 03/01/2018

Pour les médecins, quatre grandes (r)évolutions sont actuellement en cours :

  • le passage de l'exercice individuel à l'exercice regroupé ;
  • le médecin désormais moins directif et de plus en plus participatif avec son patient ;
  • le passage d'une prescription originale à la personnalisation d'un protocole pluriprofessionnel ;
  • l'évolution des modes de rémunération vers une diversification ("P4P", allocation d'équipe, forfait au "parcours"). 

La patientèle et les malades sont eux-mêmes caractérisés par trois évolutions principales et simultanées : leur vieillissement progressif jusqu’à, de plus en plus souvent, un déclin d’autonomie ; la chronicisation des maladies et, en corollaire, la prévalence croissante des comorbidités ; enfin, la prédominance des « polypathologies » (qui compromet l’approche classique par maladie). De surcroît, nombre de ces malades deviennent des sachants …

Pour les professionnels de santé, les maisons de santé (ou plus largement les regroupements) pluriprofessionnelles (MSP) permettent :

  • une meilleure qualité des pratiques, grâce notamment aux échanges formalisés ou non entre professionnels ;
  • une offre de soins de proximité élargie et une meilleure couverture nationale, répondant en partie aux problématiques de déserts médicaux ;
  • un accroissement du confort et de la sécurité de l'exercice, pour les jeunes praticiens comme les moins jeunes.

Ces regroupements pluriprofessionnels s'articulent autour de quatre concepts clés :

  • un projet de santé pluriprofessionnel sur un territoire ;
  • une plus grande implication des patients et de leur entourage ;
  • un travail en équipe (réunions de concertation, protocoles de soins) ;
  • un système d'information permettant l’assistance à l’exercice, l’échange d’informations donc la coordination et le suivi des patients.

Dans ce contexte, les métiers de la santé se redessinent autour de la fonction de coordonnateur, qui occupe une place de plus en plus prépondérante dans ces nouvelles structures :

  • des métiers en contact privilégié avec les patients et leur famille ;
  • des métiers en contact privilégié avec les membres de l'équipe médico/soignante/sociale ;
  • des métiers en contact privilégié avec les structures professionnelles et les institutions.

L'importance du lien existant entre organisations, démographie professionnelle et territoires n'a fait que se renforcer au cours des vingt dernières années. Comme le faisait déjà observer Jean Choussat dans son rapport d'ensemble sur la démographie médicale (1996), "… La seconde condition [il en indiquait trois], c’est une prise de conscience plus nette des relations réciproques étroites qui existent entre les choix démographiques et l’organisation du système de santé... Tous les choix organisationnels ont leur pendant démographique, tous les choix démographiques ont leur traduction organisationnelle…"

Face à ces évolutions, on peut s'interroger sur le devenir des principes déontologiques fondamentaux issus de la Charte de 1927 et l'opportunité / la nécessité de les redéfinir (comme l’ont déjà fait depuis le début des années 2000 la plupart des pays anglo-saxons et scandinaves) :

  • libre choix du médecin par le malade
  • la liberté de prescription du médecin,
  • le secret professionnel,
  • le paiement direct des honoraires par le malade,
  • la liberté d’installation du médecin

En conclusion, on peut formuler ces trois constats :

  • "des malades devenus sachants et des maladies chroniques",
  • "des protocoles pluriprofessionnels pour des malades polypathologiques"
  • "un médecin en exercice individuel (isolé) produit des actes, une équipe produit des parcours". 

L'avenir s'organisera vraisemblablement autour de plusieurs notions et dépendra, là aussi, de leur interaction, dans une vision la plus intégrative possible : territorialité, soins primaires (les relations avec les soins spécialisés et les plateaux techniques devant être assurées++), équipe pluriprofessionnelle coordonnée, implication des patients, technologies-support (SI et e-santé), modes de rémunération.