Que faire face à un patient qui menace de se suicider ?

MACSF Exercice Professionnel
Notre expertise sur la responsabilité médicale
       et votre exercice professionnel

Que faire face à un patient qui menace de se suicider ?

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages4
  • PDF
  • Imprimer la page

Même si c’est heureusement une situation rare, il peut arriver qu’un patient exprime devant son praticien (médecin traitant ou psychiatre le plus souvent) son intention de mettre fin à ses jours. Comment le médecin doit-il réagir ? Comment concilier le secret médical, général et absolu, et la révélation qui pourrait empêcher le suicide ? Le dilemme est difficile à trancher…

  • Médecin généraliste et urgentiste
  • Médecin spécialiste
Auteur : Stéphanie Tamburini, juriste / MAJ : 02/05/2018

L’abstention et son possible corollaire : la non-assistance à personne en péril

Face à un patient qui menace de se suicider, il faut d’abord évaluer la vraisemblance du risque de passage à l’acte, en fonction de la connaissance que l’on a du patient, de sa pathologie, et de ses antécédents le cas échéant.

Mais ce questionnement n’aboutit pas nécessairement à une solution, tant il est difficile de mesurer avec certitude le « sérieux » de ce type d’annonce, qui peut tout à fait être suivie d’effets, même chez un patient que l’on considère moins « à risque » que d’autres. La prudence doit être de mise.

Si le médecin décide en conscience de ne pas intervenir, pourrait-il se voir reprocher une non-assistance à personne en péril en cas de passage à l’acte ?

Cette infraction est prévue à l’article 223-6 du code pénal qui énonce que « Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne, s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende. Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours ».

Ce principe est repris à l’article R. 4127-9 du code de la santé publique.

Il résulte de ces textes, et en particulier de l’article 223-6 du code pénal, que pour que l’infraction soit opposée à un citoyen, tout comme à un professionnel de santé, plusieurs conditions doivent être réunies :

  •  la victime doit être réellement en situation de péril : l’obligation de porter secours concerne seulement le cas de personnes se trouvant en état de péril imminent, constant, et grave nécessitant une intervention immédiate. Le péril imminent est celui qui est sur le point de se réaliser.
  •  la personne à qui l’on reproche une non-assistance doit avoir conscience de l’existence de ce péril. Lorsque le tiers est un professionnel de santé, ce critère est apprécié plus sévèrement. En matière de suicide, encore faut-il que la personne alertée ait pu raisonnablement avoir conscience de son imminence et pris la menace de suicide au sérieux.
  • enfin, cette personne doit s’être volontairement abstenue de porter secours : l’auteur doit être passif face à une situation de péril menaçant une personne. Toute mesure manifestement insuffisante sera également retenue.

Il est difficile de préjuger de la décision que pourrait prendre un juge, car tout est fonction des circonstances propres à chaque affaire. Notamment, il est possible que l’infraction de non-assistance à personne en péril ne soit pas constituée, dès lors que le péril n’est pas imminent et constant, quand bien même serait-il grave.

La révélation et son possible corollaire : la violation du secret médical

Une intervention auprès du Procureur de la République peut être envisagée. Mais dans ce cas, le patient peut-il reprocher au médecin d’avoir trahi le secret médical en révélant à des tiers des informations confiées dans le cadre de la relation de soins ?

L’obligation de respect du secret médical est générale et absolue (article 226-13 du code pénal et L 1110-4 et R. 4127-4 du code de la santé publique) et ne supporte que des dérogations expressément et limitativement énumérées.

Le Conseil National de l’ordre des médecins (CNOM) dans un communiqué du 3 avril 2015 s'est prononcé sur cette question, suite au crash aérien de la Germanwings du 24 mars 2015 provoqué par un copilote qui voulait se suicider, et avait fait part de son intention quelque temps auparavant dans le cadre d’une consultation médicale. Le contexte était certes un peu différent, mais il fournit l’occasion de quelques rappels intéressants.

Le code pénal ne prévoit dans son article 226-14 que trois dérogations spéciales :

  • les sévices ou privations sur mineurs et personnes vulnérables ;
  • les sévices et privations sur des personnes majeures ;
  • le caractère dangereux (pour elles-mêmes comme pour les tiers) de personnes qui détiennent une arme ou envisagent d’en acquérir une (ce qui semble bien restrictif, une personne pouvant présenter un danger pour elle-même ou les tiers autrement qu’en détenant une arme).

En outre, dans son communiqué, le CNOM reconnaît au médecin la possibilité, à titre exceptionnel et en cas de risque grave et imminent de mise en danger d’autrui, qu’il ne peut prévenir autrement, et après qu’il ait épuisé toute autre solution, d’informer le médecin chargé de la santé au travail ou le procureur de la République. Mais encore faut-il rappeler que dans le cas de la Germanwings, nous étions au-delà d’un cas de suicide classique, puisque le passage à l’acte du copilote impliquait, de facto, la mort des passagers de l’avion. La menace ne pesait donc pas seulement sur lui, mais aussi sur des tiers.

Enfin, le CNOM distingue les notions de danger et de péril. Alors que le danger est un risque certain à la survenue aléatoire, le péril est un risque certain, grave et imminent. Face à un péril pour le patient ou pour des tiers, l'obligation du médecin de porter secours prime sur le secret.

Mais le critère déterminant semble être, encore une fois, celui de l’imminence du péril, qui n’est pas toujours évident en cas de menace de suicide et dont l’appréciation varie selon les cas.

Comment résoudre ce dilemme éthique ?

Dans ce genre de situation, à la lisière de plusieurs textes en apparence contradictoires, il n’est malheureusement pas possible de préconiser une démarche tranchée.

La mise en place d’une mesure de soins sans consentement sur demande d’un tiers ou surtout de soins sans consentement pour péril imminent peut peut-être être envisagée, sous certaines conditions. Mais il subsistera toujours la question de la notion de "péril imminent" qui doit être caractérisée…

Dans tous les cas, il est indispensable d’engager un dialogue avec son patient pour, non seulement, évaluer au mieux la réalité du risque suicidaire, mais aussi, évidemment, proposer une prise en charge adaptée et des démarches de soins, par exemple une hospitalisation consentie. Le contenu de ces échanges doit impérativement figurer dans le dossier médical.

4 Commentaires
  • Alain S 08/06/2018

    Vous confirmez, par votre article qui a le mérite de lancer le débat, que les legislateurs de notre pays ont oublié les enseignements de Montesquieu :
    "Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires". Le médecin se voit coincé entre Charybde et Scylla. Alerter et se voir menacé de violation du secret médical, ne pas le faire et risquer la non assistance à personne en danger. La France est le pays qui a poussé très loin la pédagogie de la menace, de la sanction et de l'humiliation.
    Psychiatre avec 40 ans de pratique, je puis vous assurer qu'il est parfois très difficile d'évaluer correctement un risque suicidaire, et que ce ne sont pas les peu subtiles grilles d'évaluation à l'américaine qui permettent de le faire. En matière de sécurité aéronautique, la DGAC a permis des témoignages anonymes d'incidents qui permettent d'enrichir la connaissance des risques, pour la pratique des vols. Ça n'inclut pas les problèmes psychiques des pilotes... . Aucune sanction dans ce dispositif. Ce modèle d'alerte pourrait être développé et étendu. Les médecins confrontés à la difficulté du huis clos devraient pouvoir faire appel à un organisme tiers. On a préféré un encadrement législatif rigide qui paralyse l'action. Le secret médical confine parfois à l'opacité. Le pilote de German Wings s'en est servi pour planifier un suicide psychotique meurtrier. À l'opposé, je connais une directrice de crèche, infirmière de formation, ayant sauvé un enfant d'un œdème de Quincke, qui a été licenciée car elle n'avait pas attendu l'arrivée des secours. Le règlement intérieur lui interdisant d'agir. Le Samu a pourtant reconnu que l'enfant serait mort sans cette intervention. C'est une autre délicatesse de notre arsenal législatif fou. L'assistance à personne en danger qui vous fait condamner. Sic transit...

  • Philippe G 06/06/2018

    Merci pour cet article qui montre bien ,encore une fois,le fossé entre le legislateur et les praticiens en prise sur le terrain a des situations complexes.Je pense que dans la situation decrite il vaut probablement mieux protéger le patient ,quitte à égratigner un peu le code de déontologie et le secret medical (et se le faire reprocher eventuellement),plutôt que de se retrouver face à l'annonce d'un suicide et une culpabilité à long terme.
    De toutes façon ma parole est libre puisque je n'exerce plus.

  • MACSF Exercice Professionnel Stéphanie TAMBURINI, Juriste MACSF 08/06/2018

    A Elisabeth D. : bonjour, il convient de se reporter aux coordonnées du tribunal de grande instance territorialement compétent, dans le ressort duquel le Procureur de la République a autorité.

  • Elidabeth D 06/06/2018

    Bonjour je n’ai pas vu dans votre article sur « que faire devant un patient suicidaire « d’éléments pratiques.
    il manque le mode d’emploi pour prévenir les autorités compétentes !le Procureur de la république...
    Dans l’urgence en pleine nuit comment fait on en pratique ?quel numéro doit-on appeler? Le dimanche?
    Merci de cet article intéressant par ailleurs
    Dr Domergue Thân Trong

Publier un commentaire